On appelle tumeur du cerveau toutes les tumeurs qui se développent à l’intérieur du crâne.

Qui est concerné ?

Majoritairement les adultes et, en particulier, les séniors. Cependant, 15 % des tumeurs cérébrales concernent les enfants de moins de 15 ans.
Chaque année, on diagnostique un peu plus de 4 100 nouvelles tumeurs cérébrales primitives, soit 1,3 % de l’ensemble des cancers diagnostiqués.
Ce chiffre est en croissance lente mais constante, principalement en raison des progrès de l’imagerie médicale qui permet de mieux les dépister et à cause du vieillissement de la population.

Symptômes

Le cancer du cerveau entraîne des symptômes lorsqu’il exerce une pression sur le cerveau ou qu’il détruit du tissu cérébral. Les symptômes dépendent de la taille et de l’emplacement de la tumeur, ainsi que de la vitesse à laquelle elle se multiplie.

Bien que des maux de tête soient souvent un symptôme du cancer du cerveau, il est important de se rappeler que la plupart des maux de tête ne sont pas provoqués par le cancer mais sont causés par des affections moins sérieuses comme la migraine ou de la tension. Les maux de tête provoqués par une tumeur cérébrale sont souvent intenses, associés à des nausées et des vomissements et sont souvent plus intenses en début de journée. Ils peuvent durer longtemps ou bien survenir par intermittence.

Les autres symptômes incluent :

  • des étourdissements ;
  • des troubles de la vision comme une vision double ;
  • des troubles de la coordination ;
  • une faiblesse ou un engourdissement d’un côté du corps ;
  • des crises convulsives ;
  • des changements de l’humeur, des sens, de la personnalité ou des sentiments ;
  • des troubles de la mémoire ;
  • un état de confusion ou des difficultés de concentration.

Traitements

La chirurgie est privilégiée dans le traitement des tumeurs cérébrales.

Cet acte est une chirurgie lourde et ne peut être pratiquée qu’après s’être assuré de la localisation et de la taille de la tumeur. Elle dépend également de l’état général du patient.
Selon la situation, il faut retirer la totalité de la tumeur ou, lorsqu’une ablation complète n’est pas réalisable, le plus de tissu tumoral possible. Dans ce cas, des traitements complémentaires de radiothérapie et/ou de chimiothérapie sont nécessaires.

Si l’opération peut être évitée ou repoussée, la tumeur est surveillée et le patient soulagé par des traitements pour limités les symptômes et la douleur.