Il n’y a pas d’âge pour découvrir de nouveaux horizons. Ou, à défaut de le pratiquer, d’oser partager avec sa moitié ce qui a été, peut être depuis toujours, un fantasme… inavouable. Quelle ne serait pas votre surprise d’apprendre que vous n’êtes pas seul(e) à y penser ! Comme souvent, les fantasmes sont des pensées que l’on imagine trop osées, que nous sommes seuls à échafauder. Il est, une fois encore, important de trouver les mots pour se livrer. La construction, la solidité d’années de complicité, sexuelle notamment, peuvent aider à franchir le cap.

L’idée vous trotte dans la tête depuis longtemps ? Cela ne fait pas de vous une personne détraquée ! Les informations, les témoignages reçus, vos lectures sur le sujet ont fait naître en vous une curiosité voire un désir. Votre éducation comme vos valeurs ont pu réprimer une sexualité débridée. Pourtant, vous vous interrogez sur ce que vous pourriez vivre, ressentir… Une partie fine à trois, encore appelée triolisme, est une pratique sexuelle qui implique un rapport sexuel entre 3 personnes. Elle fait partie de ce que l’on appelle la sexualité de groupe, à l’instar de l’échangisme.

Ce type de rapports sexuels à plusieurs peut être pour certaines personnes un acte très stimulant dans la mesure où le nombre de mains, de bouches et de sexes pouvant interagir entre eux est multiplié.

Pas d’improvisation

Derrière le terme trio, de multiples possibilités s’affichent : un homme-deux femmes, deux hommes-une femme, trois hommes ou trois femmes.
Par ailleurs, chacun des protagonistes peut avoir une orientation sexuelle particulière : il peut être hétérosexuel, bisexuel ou homosexuel.
Dans un trio, plusieurs cas de figures peuvent apparaître mais le plus fréquent est celui d’un couple auquel s’ajoute un « invité » !

Selon les pratiques de chacun et bien sûr les envies et affinités, lors de la relation sexuelle, le nombre d’« acteurs » varie : parfois deux et le troisième peut prendre du plaisir à être simple spectateur, parfois trois et cela peut changer.

Dans le cas d’un couple qui ose la découverte du triolisme, c’est également l’occasion pour l’un d’eux d’expérimenter un rapport avec une personne de même sexe sous le regard complice de sa moitié.

Des cas isolés ?

Si les chiffres commencent à dater, dans une très sérieuse étude réalisée en 1992, 10 % des hommes et 2 % des femmes déclaraient avoir eu au moins une fois une relation à trois dans leur vie.

Plus récemment, en 2005, l’institut de sondage Ipsos portait sur les fantasmes des français. Elle a révélé que la moitié des hommes interrogés rêvait de faire l’amour avec 2 femmes en même temps contre seulement 11 % de femmes fantasmant sur une relation avec deux hommes.

Enfin, chiffres toujours, entre février et mars 2013, un sondage effectué par Internet auprès de quelque 10 000 internautes, pour le compte d’un site de rencontres extra-conjugales a révélé que 40 % des femmes sondées rêvent de faire l’amour à trois. Côté masculin, ce fantasme sexuel serait partagé par 43 % des individus interrogés. Même en matière de fantasme, la parité semble désormais une réalité !

Attention aux chiffres ! Si le désir de découverte du triolisme grandit en France, il n’en est pas pour autant devenu une pratique fréquente. Nos voisins européens, surtout du Nord, ont des pratiques en l’espèce plus habituelles. De plus, ce test pour un couple restera souvent très ponctuel. Néanmoins, certains couples en feront une pratique exclusive, mais ils restent marginaux.

Nous n’avons pas de données chiffrées sur l’âge. Cependant, les seniors ne sont pas en reste tant pour une découverte tardive que forts d’une pratique historique dans leur couple.

Fixer des règles

Avoir envie ! Dans la grande majorité des couples, l’homme est souvent à l’origine de l’expérience comme de la pratique régulière du triolisme. Certaines femmes ne boudent pas leur plaisir, mais nombreuses sont celles qui acceptent la pratique pour « faire plaisir à leur compagnon ». Elles ne le regrettent pas toutes pour autant !

Machisme quand tu nous tiens… le pourcentage d’hommes acceptant un triolisme avec leur femme et un autre homme est plus rare même s’ils ont déjà pratiqué avec leur femme et une autre partenaire ! L’homme est moins enclin à accepter de vivre le fantasme de sa compagne par amour. Difficile pour lui de « lâcher prise » sur son image virile en acceptant un autre homme dans son couple. Que dire alors de sa capacité d’assumer une expérience bisexuelle !

Le triolisme est un fantasme comme un autre. A ce titre, il est important de toujours bien peser le pour et le contre avant de sauter le pas. Dans ce genre d’aventure, il arrive qu’il y ait de la casse ! Cette expérience peut s’avérer éprouvante émotionnellement pour chaque personne dans un couple. Il faut être prêt à voir « l’autre » recevoir ou donner du plaisir avec quelqu’un « d’étranger ».

Le titre de ce papier parle de trio… voire plus. Certains couples seront plus à l’aise de partager une expérience de groupe avec un autre couple plutôt qu’avec une seule tierce personne. Là encore, chaque couple, puis tous les protagonistes, devront se fixer des règles et énoncer clairement ce que chacun souhaite explorer.

Où commencer ? 

Internautes de tous âges, le paradis du fantasme, et parfois de sa concrétisation, c’est bien entendu la Toile ! Internet a révolutionné les contacts humains au sens large et les contacts coquins en particulier. De nombreux sites spécialisés, et dorénavant géolocalisés, vous permettront de trouver la ou les bonnes personnes tout près de chez vous.

La virtualité du Net vous occasionnera parfois quelques déconvenues : magistral lapin, dialogues sans fin, tromperie sur le physique de votre interlocuteur. Cependant, les rencontres conviviales existent !

Dans certaines grandes villes, vous aurez la possibilité de trouver des lieux « polissons » où échangisme, triolisme… et plus si affinité seront à découvrir. Clubs, saunas… le plus difficile reste souvent de pousser la porte.