La langue de Shakespeare reste l’un de vos pires cauchemars ? Pourtant, de 7 à 107 ans, il existe de nombreuses façons de se rabibocher avec le lexique et la grammaire de la Perfide Albion ! Si, malgré tous vos efforts, vous n’avez rien retenu de vos cours d’anglais, et que vous baragouinez, tant bien que mal, quelque trois mots, il est toujours temps de vous y mettre ! Découvrez des méthodes, de la plus intensive à la plus ludique, qui ont fait leurs preuves pour apprendre l’anglais en quelques mois.

 

Ce n’est malheureusement pas une légende : les français ont un bonnet d’âne côté maitrise des langues étrangères. Au premier rang desquelles on trouve bien sûr l’anglais. Parmi les travailleurs européens nous sommes loin d’être les plus à l’aise pour comprendre et s’exprimer en anglais. Une étude réalisée en 2012 auprès de 1,7 million d’adultes dans 54 pays, place la France à la 23ème position pour la pratique de cette langue.

Si ces lacunes peuvent être handicapantes dans la vie de tous les jours (voyages à l’étranger, déchiffrage d’information, rencontres avec des étrangers…) que dire de sa non maitrise dans le monde professionnel. Une triste performance en effet, corroborée par les résultats d’une enquête récente menée par l’organisme de formation Wall Street Institute. Près de 51% des personnes ayant répondu au sondage évaluent leur niveau d’anglais comme médiocre. Pire, ils sont 71 % à avouer s’être déjà retrouvés en difficulté dans le cadre d’un appel téléphonique en anglais, et 65 % lors d’une présentation orale. Incapables de suivre une conversation, voire de la comprendre tout court, les travailleurs français fâchés avec l’anglais sont de plus en plus freinés dans leur vie professionnelle.

Avec un peu de volonté !

Pourtant, il existe des moyens simples, et parfois totalement gratuits, d’apprendre les bases de la langue anglaise. Certes, parler un anglais « fluent » prend du temps, mais il est cependant possible en quelques mois seulement, de comprendre une conversation professionnelle ou de lire un e-mail et, tout aussi important, de vous faire comprendre par un interlocuteur étranger.

Poussez la porte d’un centre de formation

C’est, il faut bien l’avouer, cette méthode intensive, qui est la plus onéreuse. Une formation dans un centre linguistique peut être une solution envisagée pour les salariés les plus motivés car ils bénéficient de financements de la part de leur entreprise. Pour une personne qui souhaiterait choisir un stage intensif sur ses fonds propres, la note peut être salée.

Si le financement n’est pas un obstacle, les centres de formation proposent diverses formules. De l’initiation, en passant par le perfectionnement, voire l’anglais professionnel chacun peut opter pour ce qui est adapté à ses besoins ou ses envies. Les formations combinent cours d’anglais, cours de conversation et activités multimédia. Ces centres de formation permettent d’acquérir rapidement les notions de grammaire d’une langue, les mots essentiels de vocabulaire et de s’exercer à l’oral face à de véritables professeurs, en groupe ou en séance individuelle parfois sur des ordinateurs avec des personnes virtuelles.

L’activité, bien que réglementée, il faut faire attention à bien vous renseigner sur les différents centres proches de votre domicile ou de votre lieu de travail avant de vous inscrire. Mieux vaut procéder à une comparaison des méthodes, des prix… mais aussi des taux de réussite qu’ils affichent.

Exploitez les ressources du web

Si Internet a révolutionné de nombreux domaines, ouvrant largement l’accès à la connaissance, la Toile n’a pas oublié l’acquisition des langues étrangères. Le Web vous permet en particulier de fuir la dimension rébarbative des guides de conversation ou des livres de grammaire !

Il existe sur Internet de nombreux sites gratuits et souvent ludiques, comme anglaisfacile.com ou e-anglais.com, qui proposent de très nombreux cours et exercices de grammaire, de conjugaison ou de compréhension, du niveau débutant au niveau avancé. Vous pouvez également y évaluer vos connaissances et votre progression grâce aux tests également disponibles en ligne.

Vous pouvez aussi améliorer votre anglais grâce aux ressources en ligne proposées par la BBC. Le network britannique met même à disposition une rubrique spécial « anglais des affaires », qui permet d’apprendre les mots de vocabulaire essentiels dans le monde professionnel.

Across the Channel or far away ?

Valises ou sac-à-dos, quelle que soit votre mode de vie ou votre goût pour l’aventure, l’essentiel est de sauter dans le grand bain. Quoi de mieux que de s’immerger totalement dans une culture pour en apprendre parfaitement la langue ? Si votre situation le permet et que vous avez gardé un certain goût pour l’aventure, partez voir du pays et allez vous former à l’anglais sur le terrain.

En revanche, à défaut de pouvoir sauter chaque fin de semaine dans un Eurostar ou dans un avion pour New York, on peut aujourd’hui aisément lire et écouter parler en anglais via Internet.

Le gros défaut de la France, c’est de traduire ! Peu de film en V.O. dans les salles, presque aucun sur les chaînes généralistes. Idem pour la radio et la presse écrite. Alors, plutôt que de surfer sur des médias français, pourquoi ne pas tenter de vous informer sur des médias anglophones ?

Certes, l’apprentissage est plus long que de se rendre dans un pays anglophone, ou de s’inscrire dans un centre de formation, mais ce genre de petits procédés vous familiarise avec la langue anglaise et vous force, malgré vous, à adopter des automatismes de compréhension voire d’usage.

Plus facile en s’amusant ou en se divertissant

Les boxes TV et les plates-formes web permettent de consommer des séries télévisées. C’est, pour chaque épisode, l’occasion de se « faire l’oreille » et ainsi d’améliorer son anglais. Dexter, Mad Men… L’offre est large au niveau des séries mais également des tutorats possibles. Grâce à un habile jeu de traduction, qui mixe, selon le niveau de difficulté que vous aurez choisi, sous-titres en français et en anglais. À mesure que votre niveau dans la langue anglaise s’améliore, vous pouvez augmenter le nombre de répliques sous-titrées en anglais, jusqu’à vous en passer complètement. Gratuite et ultra pratique, l’appli Fleex, par exemple, propose aussi aux sérivores de constituer une liste de mots de vocabulaire, qui seront ensuite introduits dans des exercices de compréhension personnalisés. Cette offre est pour le moment réservée à l’univers Apple.

Quand la musique est bonne

L’anglais, comme toutes les langues étrangères, à l’instar de la musique, passent avant tout par l’oreille. Grâce au site « Lyrics Training », vous pourrez améliorer votre compréhension orale et enrichir votre vocabulaire grâce à des clips musicaux très actuels. Le principe est aussi simple que génial : vous choisissez votre niveau de langue (débutant, intermédiaire, expert) et la chanson de votre choix. Le clip de cette dernière défile alors, accompagné des paroles tronquées de la chanson : à vous de compléter les paroles, quitte à écouter le morceau plusieurs fois. Si le répertoire de Lyrics Training est plutôt orienté music pop, le site à l’avantage de proposer des clips pour apprendre non seulement l’anglais, mais aussi l’espagnol, l’italien ou encore le portugais.

L’anglais dans le texte !

Enfin, si vous préférez apprendre l’anglais en lisant, foncez sur Bibliomania. Cette bibliothèque virtuelle recense plus de 2 000 classiques de la littérature anglo-saxonne, de Jane Austen à Jack London en passant par Edgar Allan Poe. Elle vous propose d’en découvrir gratuitement les premiers chapitres. De quoi s’initier à l’anglais tout en découvrant la prose des plus grands auteurs britanniques et américains.

 

Toutes ces méthodes sont disponibles pour tout un chacun, quel que soit son niveau et son âge. Seule la motivation compte ! S’y mettre avec ses enfants, voire ses petits enfants, avec son conjoint ou un collègue, les premiers pas vous coûteront mais rapidement les résultats seront là !