Le fonctionnement des maisons de retraite est invariable, en terme de structure de base et dépend, depuis la loi de 2001, des Conseils généraux. Quel que soit le lieu en France, ayant un statut public, privé associatif ou privé lucratif, classiques ou très haut de gamme, elles sont composées d’une équipe administrative, technique et d’animation. Seuls les établissements médicalisés possèdent en plus une équipe médicale dédiée exclusivement aux résidents/patients. Tous les établissements doivent également être en mesure de fournir des repas chauds et équilibrés, voire adaptés aux pathologies des résidents. Les services à la personne, qui peuvent être également présents dans les résidences, sont souvent indépendants de l’administration, tout comme leur facturation.

Compte tenu du manque de lits dans les établissements de certaines régions, le choix de telle ou telle résidence ne remplira pas toujours tous les souhaits de la personne qui cherche une maison de retraite voire de ses proches. Ainsi, la sélection se fera entre les structures médicalisées, ou non, mais également très souvent par le coût mensuel des prestations de base.

Formule « EHPAD »

La structure la plus courante est l’EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). C’est une maison de retraite médico-sociale qui accueille des résidents majoritairement invalides, aux besoins en soins médicaux variables mais avérés. La taille de l’équipe médicale et soignante sera déterminée par le nombre de résidents au sein de la maison de retraite. Sous la tutelle des Conseils généraux, les établissements, en création ou existants, s’engagent, sous l’appellation d’EHPAD, à respecter ainsi un cahier des charges strict. Cette mutation, voulue par les pouvoirs publics, vise à garantir un niveau de prestations standardisé.

Le personnel est composé :

  • d’un médecin coordinateur. Il prescrit les actes médicaux, coordonne les actions des professionnels de santé auprès des résidents ;
  • de cadres de santé ayant pour fonction de superviser l’équipe soignante, en lien avec le médecin coordinateur et le directeur ;
  • d’infirmiers. Ils réalisent les soins médicaux auprès des résidents (changement de pansements, administration des médicaments…) ;
  • d’aides-soignants et d’aides médico-psychologiques. Ils assurent les gestes journaliers (lever, toilettes, prise de repas…). Constamment présents, ils veillent à chaque instant sur les résidents et vont parfois jusqu’à jouer le rôle d’animateurs ;
  • d’agents hospitaliers. Leur rôle est l’entretien des chambres et des locaux communs. Selon les établissements et les équipes, ils sont force d’appoint au service et à la prise des repas ;
  • d’un directeur et d’une équipe adminsitrative.

Ensuite, s’ajoute, suivant l’importance des établissements, un psycho-motricien, un kinésithérapeute, un ergothérapeute, un psychologue…

Les EHPA

L’EHPA (établissement d’hébergement pour personnes âgées), ou maison de retraite non médicalisée, accueille des personnes âgées valides et semi-valides. Les résidents n’ont nullement besoin d’une équipe médicale renforcée ni de soins lourds au quotidien. Seuls les soins de base sont prodigués pour les maladies courantes et les petits bobos.

L’accès aux résidences pour personnes âgées n’est malheureusement pas toujours un parcours de santé ! Dans le meilleur des cas, il peut être possible d’opter pour des séjours de courte ou de longue durée. Certains établissements proposent même des accueils de jour, l’hôte, le soir venu, dormira chez lui.

Les résidences sont composées de chambres simples ou doubles, de petits appartements indépendants que l’on peut aménager avec ses propres meubles. Certains appartements, de plus grande superficie, peuvent être partagés avec son conjoint ou d’autres résidents.

Dans la prestation de l’EHPA peuvent être inclus les repas, les tâches ménagères… Des services complémentaires comme la blanchisserie, le coiffeur, la pédicure sont proposés sur place. Mais prudence, les prix sont souvent majorés. De nombreuses activités collectives existent dans ces établissements : cuisine, jeux de société, jeux de mémoire, gym douce, sorties, expositions…

Vieillir avec un Alzheimer

Si tout un chacun peut se réjouir que l’espérance de vie augmente régulièrement, il faut désormais gérer des situations difficiles, au regard de l’isolement des séniors et des pathologies qui viennent perturber leur douce vieillesse. C’est le cas de la maladie d’Alzheimer qui touche de plus en plus de personnes et nécessite un accompagnement particulier dû à la perte, plus ou moins grande, d’autonomie.
Compte tenu des soins propres à cette pathologie, des maisons « Alzheimer » sont en train de voir le jour. Elles permettent d’avoir pour leurs résidents du personnel formé spécifiquement. Malheureusement le nombre de places disponibles est encore largement inférieur aux besoins.