Qu’est-ce qu’une leucémie aiguë de l’adulte ?

Une leucémie aiguë de l’adulte est un cancer qui se développe à partir des cellules souches hématopoïétiques, précurseurs des cellules du sang (globules rouges qui transportent l’oxygène, globules blancs qui assurent la défense de l’organisme contre les infections, plaquettes qui stoppent les saignements).

En temps normal, ces cellules se développent et se spécialisent essentiellement dans la moelle osseuse avant d’être libérées dans le sang. En cas de leucémie aiguë, elles restent immatures et se multiplient de façon anarchique. Ces cellules cancéreuses, appelées blastes, ne remplissent plus leur fonction habituelle. Elles envahissent la moelle osseuse, l’empêchant de fabriquer les cellules du sang normales. Elles ont tendance à passer dans le sang.

Dans la très grande majorité des cas, ce sont les précurseurs des globules blancs qui sont touchés. Selon le type de cellules souches impliquées, on distingue :

  • les leucémies aiguës myéloïdes (LAM), suite à une atteinte des cellules souches précurseurs des polynucléaires et des monocytes (deux types de globules blancs) ;
  • les leucémies aiguës lymphoblastiques (LAL), suite à une atteinte des cellules souches précurseurs des lymphocytes (un troisième type de globules blancs).

De cause le plus souvent inconnue, une leucémie aiguë peut être favorisée dans certains cas par une exposition à des rayonnements ionisants, à des produits chimiques dans un contexte professionnel, par des antécédents de chimiothérapie, par certaines anomalies génétiques ou encore par des antécédents de maladie du sang.

Avec plus de 3 700 nouveaux cas estimés en France en 2011, la leucémie aiguë représente 1 % de l’ensemble des cancers. La LAL touche plus souvent les enfants et la LAM plus souvent les adultes. 

Le diagnostic

Il n’existe pas de symptômes spécifiques. C’est l’hémogramme obtenu par prise de sang qui permet d’évoquer le diagnostic.

Celui-ci est confirmé par les résultats d’un myélogramme effectué dès l’admission en milieu hospitalier. Cet examen permet d’identifier le type de leucémie aiguë (myéloïde ou lymphoblastique).

D’autres examens du sang et de la moelle osseuse (immunophénotypage, biologie moléculaire, caryotype) permettent notamment de caractériser précisément la leucémie et d’orienter le choix des traitements. Ce choix dépend aussi de votre âge, de votre état général et d’éventuelles contre-indications aux traitements

Leucémie d’origine professionnelle

Si une exposition professionnelle est présumée, le médecin qui pose le diagnostic doit rédiger un certificat médical initial. Il sera joint au formulaire de déclaration de maladie professionnelle qu’il vous revient de compléter. Ces éléments sont à adresser à votre caisse d’assurance maladie. La reconnaissance en maladie professionnelle ouvre des droits spécifiques.

 

Les traitements d’une leucémie aiguë de l’adulte

À quoi servent les traitements proposés ?

Selon les cas, les traitements proposés ont pour but :

  • d’obtenir une rémission complète ;
  • de la prolonger le plus possible et de guérir de la maladie en cherchant à détruire progressivement la totalité des cellules cancéreuses ;
  • de contenir l’évolution de la maladie si elle ne peut pas être éliminée.

Dans tous les cas, ils ont aussi pour but de traiter les symptômes, afin de vous assurer la meilleure qualité de vie possible.

Quels sont les traitements disponibles ?

La leucémie aiguë est traitée le plus souvent par une série de cures de chimiothérapie intensive. Les médicaments sont administrés par voie intraveineuse, ce qui implique la pose d’une voie veineuse centrale.

Le traitement comporte en général deux ou trois phases :

  • le traitement d’induction a pour objectif d’obtenir la rémission complète. Il est réalisé au cours d’une hospitalisation d’une durée de 1 mois minimum. Il entraîne une période d’aplasie (4 à 6 semaines) qui peut nécessiter la prise d’antibiotiques et des transfusions de plaquettes et de globules rouges. La réalisation de myélogrammes permet de vérifier la régénération des cellules du sang et la disparition des cellules cancéreuses ;
  • le traitement de consolidation et éventuellement d’entretien consiste en plusieurs cures de chimiothérapie qui peuvent selon les cas nécessiter une réhospitalisation ou se dérouler en ambulatoire. Ces traitements ont pour objectif de prévenir une rechute.

La chimiothérapie entraîne des effets indésirables qui diffèrent en fonction des médicaments. Outre les effets sur les cellules du sang (globules rouges, globules blancs et plaquettes), il peut s’agir de nausées, vomissements, diarrhées, chute transitoire des cheveux, mucite… Ils sont expliqués, prévenus et traités par l’équipe spécialisée. Une fois rentré chez vous, n’hésitez pas à solliciter si besoin votre médecin traitant.

Dans certains cas liés aux caractéristiques de la maladie, une greffe de moelle osseuse peut être envisagée. Elle est réalisée par injection intraveineuse de cellules souches hématopoïétiques provenant le plus souvent d’un donneur.

 Le suivi après les traitements

Pourquoi un suivi ?

Un suivi vous est proposé pour :

  • vous accompagner afin de vous aider à maintenir ou retrouver si besoin un équilibre psychologique, relationnel et professionnel ;
  • détecter et prendre en charge des effets indésirables tardifs des traitements ;
  • détecter et prendre en charge une éventuelle rechute.