La grippe est bien là, au cœur de l’hiver. Elle touche toute la population mais reste une maladie à prendre en compte pour le plus fragile, enfants en bas-âge ou seniors. Si la vaccination reste un réflexe important, cette année les laboratoires ont choisi des composants qui protègent moins bien du virus. Néanmoins, les personnes vaccinées sont protégées et ne développent généralement pas les versions les plus aigües de la maladie.

 

La grippe est présente partout

La surveillance épidémiologique de la grippe saisonnière indique une activité forte en France métropolitaine, depuis la moitié du mois de janvier. Période où la grippe a dépassée le seuil épidémique. Le nombre de personnes touchées justifie de parler d’épidémie et entraine une forte mobilisation de tous les acteurs de la santé.

Les cas de grippe recensés le 25 janvier 2015 sont principalement dus à la circulation d’un virus, appelé souche A (H3N2), qui peut entraîner des complications sévères chez les personnes fragiles et particulièrement chez les personnes âgées.

Pour les personnes identifiées à risque de complication et pour lesquelles la vaccination contre la grippe est recommandée, la Direction générale de la Santé rappelle l’intérêt de la vaccination, même en début de phase épidémique. Les professionnels de santé, notamment ceux en contact régulier avec des personnes âgées résidant en collectivité, ont été incités à la plus grande vigilance.

Les régions les plus touchées par la grippe aujourd’hui, sont :

  • le Limousin ;
  • la Picardie ;
  • l’Auvergne.

Chasse au virus

Même si la vaccination reste la meilleure protection contre la grippe, en particulier chez les professionnels de santé et les personnes à risque, il existe des mesures d’hygiène simples qui contribuent à limiter la transmission de la maladie de personne à personne.

Il est recommandé aux personnes malades, dès le début des symptômes, de :

  • limiter les contacts avec d’autres personnes et en particulier avec les personnes à risque ou fragiles et éventuellement de porter un masque chirurgical en leur présence ;
  • se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon, ou les désinfecter par friction avec une solution hydro alcoolique ;
  • se couvrir la bouche et le nez à chaque fois qu’elles toussent ou éternuent ;
  • se moucher dans des mouchoirs en papier à usage unique.

Il est recommandé aux personnes de l’entourage du malade ainsi qu’aux professionnels de santé :

  • d’éviter les contacts rapprochés avec ces dernières, si elles sont à risque ;
  • de se laver régulièrement les mains et particulièrement après tout contact avec le malade ou le matériel utilisé par le malade ;
  • de nettoyer les objets couramment utilisés par celui-ci.

 

Encore quelques semaines

Le pic épidémiologique devrait culminer à la moitié du mois de février. Puis le nombre de malades diminuera doucement… en attendant l’hiver prochain !

 

 

(Source Direction générale de la Santé)