Comme pour beaucoup de maladies infectieuses, l’hygiène est la première forme de prévention de la contagion en période épidémique ; Se laver les mains soigneusement et plusieurs fois par jour, au savon ou avec une solution hydro-alcoolique désinfectante pour les mains, surtout après tout contact physique direct avec une personne potentiellement infectée ou s’occupant d’un malade, ou avec des surfaces potentiellement contaminées par le virus.
Se protéger et protéger les autres des projections (buccales ou nasales) ; en toussant ou éternuant dans un mouchoir jetable (à jeter dans une poubelle fermée aussitôt avant de se laver ou se désinfecter les mains) ; ou en toussant ou éternuant dans le creux du bras (plutôt que dans les mains) si l’on ne dispose pas de mouchoirs. Les projections d’un malade peuvent être réduites par le port d’un masques de type chirurgical en présence de tiers. Les masques de type FFP2 protégeront les professionnels de santé de l’inhalation du virus. En pratique, il ne semble pas que l’emploi de systèmes de protection respiratoire autre qu’un simple masque chirurgical aboutisse à une contamination moindre31.
Rester chez soi si l’on est malade, et éviter tout contact inutile avec des personnes non-malades, éviter toute atmosphère confinée. Aérer régulièrement les pièces. Si un individu sain cohabite avec un autre individu malade, il est fortement conseillé à l’individu sain de désinfecter tout objet ayant pu être contaminé par la personne malade (poignées de porte, ustensiles, etc.) Il est préférable que l’individu sain reste également en quarantaine, si toutefois elle est dans l’obligation d’avoir un contact avec une tierce personne (apport de denrées alimentaires par cette tierce personne par exemple), il est impératif de garder le masque et de penser à se laver rigoureusement les mains avant et après ce contact. En cas de découverte d’un cadavre d’oiseau sauvage, il faut éviter d’y toucher.
En France, une ordonnance médicale permet d’acquérir sans frais en pharmacie un lot de 50 masques chirurgicaux (à changer après quatre heures de port).
Ces mesures (lavage de mains et masques chirurgicaux) sont surtout efficaces si elles sont prises très tôt dans le cours de la maladie32. La protection n’est cependant pas absolue, en partie probablement parce qu’elles sont difficiles à mettre en place de façon rigoureuse dans la durée.