Qui est concerné ?

Ce cancer concerne autant les hommes que les femmes. Le cancer des voies aérodigestives supérieures est une multiplication anormale de cellules, dans la partie haute des organes respiratoire et/ou digestif. Cette maladie touche généralement l’épiderme, en causant une destruction des tissus cutanés. Son apparition est très souvent liée au tabagisme et/ou à une consommation importante d’alcool.

Le cancer des voies aéro-digestives supérieures (VADS) est une maladie touchant des cellules des organes respiratoires et/ou digestifs, dans la tête et/ou le cou. Les cellules atteintes deviennent anormales : elles se multiplient de façon désordonnée, très vite, et constituent peu à peu une tumeur. En se développant, celle-ci détruit les tissus voisins et peut, à terme, compresser des organes.

Les VADS ont un rôle important pour la respiration, l’alimentation et la parole. Les voies aérodigestives supérieures comprennent différents organes ou parties du corps, que l’on peut rassembler en deux groupes :

1. Les voies digestives supérieures

Elles interviennent dans la déglutition et la digestion des aliments. Elles comprennent :

  • la cavité buccale (lèvres, langue, palais) ;
  • les glandes salivaires et deux zones du pharynx, celle située en arrière de la langue (oropharynx) et celle comprise dans le cou, entre l’oropharynx et le début de l’œsophage (ou « hypopharynx »).

2. Les voies aériennes supérieures

Elles correspondent à la partie haute du système respiratoire et regroupent :

  • les fosses nasales ;
  • le pharynx ;
  • le larynx (organe permettant de parler) ;
  • les végétations (tissus appartenant au système immunitaire et situés en arrière des fosses nasales, sur la partie supérieure du pharynx, appelée « cavum » ou « nasopharynx ») ;
  • les sinus.

 

Symptômes

Les tumeurs des VADS sont assez difficiles à diagnostiquer à des stades localisés, car peu de symptômes sont visibles au début. Dans la plupart des cas, la découverte d’un ganglion qui a augmenté de volume fait suspecter le diagnostic chez un individu éthylo-tabagique. D’autres signes d’évolution chronique sont également évocateurs comme des troubles de la déglutition, des troubles de la parole ou une modification de la voix, une gêne respiratoire haut située, une douleur au niveau de la bouche ou du pharynx ou un saignement.

La plupart du temps, ces signes sont en rapport avec d’autres pathologies non graves, mais c’est surtout le contexte de survenue chez un sujet à risque qui mettra la puce à l’oreille.

 

Traitements

Si le cancer des VADS ne s’est pas encore propagé aux ganglions lymphatiques, le traitement le plus courant sera la chirurgie afin de procéder à l’ablation de la tumeur. La radiothérapie est également fréquemment utilisée, à condition que d’éventuels problèmes dentaires aient été soignés auparavant. Enfin, la chimiothérapie est également possible, souvent pour réduire la taille de la tumeur avant son ablation. Une fois le cancer traité, des actes de chirurgie réparatrice sont souvent nécessaires. Il faut également, dans certains cas, enlever les ganglions lymphatiques.