Qui est concerné ?

La cause exacte du cancer de la prostate n’est pas encore connue mais plusieurs facteurs de risque (facteurs qui augmentent la probabilité de développer une maladie) ont été identifiés.

La probabilité de développer un cancer de la prostate augmente rapidement après 50 ans. Plus de 80 % des cancers prostatiques sont diagnostiqués chez les hommes de plus de 65 ans.

Le cancer de la prostate est deux fois plus fréquent chez les Afro-Américains que chez les Américains blancs. Le cancer de la prostate est plus répandu en Amérique du Nord et en Europe du Nord et de l’Ouest qu’en Asie, Afrique, Amérique centrale et Amérique du Sud.

L’hérédité joue également. Le cancer de la prostate semble survenir dans certaines familles, suggérant un facteur génétique ou héréditaire. La présence d’un père ou d’un frère atteint de cette maladie expose à un risque deux fois plus élevé de développer ce type de cancer. Le risque est même plus élevé pour les hommes ayant plusieurs parents atteints, particulièrement si ces parents étaient jeunes au moment du diagnostic.

Symptômes

Le plus souvent, le cancer de la prostate à un stade précoce ne donne aucun symptôme. 
Lorsque le volume de la prostate augmente, les symptômes suivants peuvent apparaître :

  • besoin d’uriner souvent, surtout pendant la nuit;
  • difficulté pour commencer à uriner ou se retenir d’uriner;
  • incapacité d’uriner;
  • écoulement faible ou interrompu de l’urine.

Cette augmentation du volume de la prostate survient en cas d’hyperplasié bénigne de la prostate (HBP : tumeur bénigne dans laquelle la prostate, en s’élargissant, exerce une pression sur l’urètre et le col vésical. Elle bloque ainsi l’écoulement normal de l’urine et provoque des troubles urinaires. Même si cette maladie ne menace pas la vie du patient, elle exige un traitement qui permet d’en éliminer les symptômes) ou de cancer.
Dans 9 cas sur 10, les symptômes décrits ci-dessus sont plutôt attribués à une HBP. Par contre, les symptômes suivants suggèrent la présence d’un cancer à un stade éventuellement plus avancé :
douleur ou rigidité dans le bas du dos, les hanches et le haut des cuisses. Il est recommandé de consulter un médecin à l’apparition de l’un de ces symptômes.

Traitements

Lorsque le cancer de la prostate semble localisé, cinq options de traitement sont généralement présentées au patient :

  • Chirurgie : ablation de la prostate cancéreuse (prostatectomie radicale);
  • Irradiation de la prostate cancéreuse, soit par des radiation externes (radiothérapie), 
soit par l’injection de grains radioactifs (curiethérapie);
  • Gel de la prostate cancéreuse (cryothérapie);
  • Thérapie hormonale – qui n’est pas curative et est généralement associée à une radiothérapie ou à une cryothérapie;
  • Observation (surveillance active).