Le mélanome peut survenir à tout âge. Sept mille cas de mélanome sont diagnostiqués chaque année en France, où ce cancer provoque plus de mille décès. Le mélanome se guérit bien au stade précoce. La prévention repose sur le dépistage des sujets à risques et la protection solaire. Les avancées récentes en matière de chimiothérapie du mélanome laissent espérer des rémissions plus prolongées dans les cas graves.

Les cancers de la peau restent les cancers les plus fréquents.

Qui est concerné ?

Tout le monde peut développer un mélanome mais certaines personnes sont plus à risque et doivent bénéficier d’une surveillance plus précise :

  • à peau claire, cheveux blonds ou roux, qui bronzent difficilement ;
  • avec de nombreux grains de beauté (plus d’une cinquantaine) ;
  • avec des grains de beauté congénitaux (présents dès la naissance) ou atypiques (larges, irréguliers) ;
  • qui ont des antécédents familiaux de mélanome (père, mère, enfants, frère ou sœur ayant eu un mélanome) ;
  • qui ont déjà eu un mélanome (risque de récidive) ;
  • qui ont eu des coups de soleil sévères ;
  • qui pratiquent fréquemment une activité de plein air.

Symptômes

Les signes et symptômes du mélanome sont entre autres ceux-ci :

  • une marque ou une tache nouvelle sur sa peau ;
  • un grain de beauté ou une tache qui change de taille, de forme, de couleur ou de hauteur (élévation ou jusqu’à quel point il est surélevé par rapport à la surface de la peau) ;
  • un grain de beauté ou une tache qui semble différent de toutes les autres taches sur sa peau ;
  • un grain de beauté ou une tache qui est asymétrique (l’un des côtés n’est pas égal à l’autre) ;
  • un grain de beauté ou une tache qui n’a pas de bordure bien définie (les bords sont irréguliers, inégaux, échancrés ou flous) ;
  • un grain de beauté ou une tache qui n’est pas coloré de la même façon partout ou qui a changé de couleur (teintes de brun, de noir, de rose, de rouge, de blanc ou de bleu) ;
  • un grain de beauté ou une tache qui mesure plus de 6 mm d’un bout à l’autre, soit la taille d’une gomme à effacer au bout d’un crayon ;
  • une lésion qui ne guérit pas ;
  • un changement de sensation d’un grain de beauté ou d’une tache, dont des démangeaisons, des picotements, une sensibilité ou de la douleur ;
  • un grain de beauté ou une tache qui est encroûté ou qui saigne ;
  • la pigmentation de la bordure de la tache qui s’étend à la peau tout autour ;
  • de nouveaux grains de beauté qui apparaissent autour d’un grain de beauté existant ;
  • une rougeur ou une partie nouvellement enflée au-delà de la bordure d’une tache ou d’un grain de beauté ;
  • une masse sous un ongle de doigt ou d’orteil ou une nouvelle ligne pigmentée dans un ongle.

Traitements

Le traitement du mélanome fait appel à la chirurgie. Le dermatologue ou le chirurgien pratique l’exérèse de la lésion avec une marge de sécurité variable en fonction de son épaisseur (mesurée lors de l’analyse initiale). L’analyse au microscope de la tumeur après son ablation permet de s’assurer qu’elle a été complètement retirée.

En cas de mélanome débutant, aucun traitement complémentaire (adjuvant) n’est conseillé.
En cas de mélanome à risque, une technique pour dépister une atteinte précoce des ganglions (technique du ganglion sentinelle) et/ ou un traitement médical complémentaire (interféron) peuvent vous être conseillés. En cas d’atteinte des ganglions, un traitement chirurgical complémentaire est le plus souvent indiqué.

Les métastases du mélanome peuvent souvent bénéficier d’un traitement chirurgical ou d’une chimiothérapie. De nombreux protocoles de chimiothérapies, de thérapeutiques ciblées ou d’immunothérapie sont en cours dans les grands centres. Les nouvelles biothérapies permettent souvent d’obtenir des rémissions plus longues. De nouvelles molécules sont en cours d’essai clinique.