Les seniors sont des personnes comme les autres ! Malgré quelques années de plus, une sexualité, adaptée mais épanouie, n’a rien d’une attente déplacée. Gérer sa libido, vers le haut, fait sens comme garder un esprit jeune et un corps en pleine santé. A l’instar des régimes dangereux, tous les « trucs » sensés booster cette libido ne sont, soit pas efficaces, soit dangereux. Attention aux vendeurs de rêves. Il vaut mieux apprendre à se connaître soi-même et savoir redécouvrir l’être aimé.

Internet et la libido

Le développement des sites Internet a eu deux conséquences majeures : la course à la performance (sexuelle) qui donne une image largement irréelle de ce que le commun des mortels est en mesure de vivre. Mais aussi, et avec tous les dangers que cela suppose, la prolifération de produits « miracles » qui, au mieux ont un résultat physique sur l’érection notamment, et trop souvent peuvent être dangereux à utiliser. Dans les deux cas, rien ne prend en compte la dimension psychologique du plaisir…

Mettons de côté les risques physiques liés à l’usage de pilules miracles. Il vaut mieux consulter un médecin pour un vrai diagnostic et des médicaments délivrés sur ordonnance. Qu’en est-il de la « détresse » morale de celui qui a perdu les effets magiques du désir ? Pire encore, imaginez la situation, voire l’explosion, d’un couple qui se fourvoie quant aux objectifs, à la performance à atteindre dans leur sexualité…

Internet et le marketing du sexe, dont il fait la part belle, réponde rarement aux problèmes de libido, des seniors comme des plus jeunes !

Connaître la cause pour aider

La parité hommes/femmes se fait naturellement en matière de libido ! Pour les deux sexes, les causes observées sont d’ordre physique et psychique. L’ennemi juré de la libido est le dérèglement hormonal. Les seniors sont en premières lignes mais ils ne sont pas les seuls. La ménopause pour les femmes et l’andropause pour les hommes sont source de troubles. Pour les plus jeunes, une grossesse, une contraception mal adaptée, un traitement antidépresseur sont autant de paramètres qui peuvent « étouffer » ou ralentir la libido.

La performance exigée à tous les étages de la vie (réussite professionnelle et personnelle) ne laisse plus de place à des baisses de régime. Pourtant, comme dans la pratique d’un sport, la libido a le droit aux coups de pompe ! Il faut bannir l’image de superman et de superwoman qu’exige la société. La fragilité est humaine et très désirable.

Comme pour la vie en général, l’état psychologique d’une personne joue sur sa libido. Il semble assez évident que des soucis importants de travail, d’argent, de relation dans le couple mais aussi un deuil, une dépression, peuvent naturellement déstabiliser une personne et la priver momentanément d’un réel appétit sexuel.

La parité est moins de mise sur ce point car une femme est plus cérébrale et sera plus facilement perturbée dans son quotidien, sexualité comprise. Mais un homme peut lui aussi être soucieux ou enfermé par son éducation… il ne pourra parfois pas « se lâcher » !