Qui est concerné ?

L’arthrose est le « rhumatisme » typique des personnes de plus de 50 ans. Principale forme d’arthrite, elle est la maladie la plus fréquente en rhumatologie.

Au-delà de 55 ans, les femmes sont plus souvent sujettes à l’arthrose et ont davantage d’articulations atteintes que les hommes.

La maladie atteint environ 80 % des personnes de plus de 75 ans.

Il s’agit d’une dégénérescence du cartilage articulaire, le plus souvent due à des chocs répétés (par exemple chez les sportifs) ou tout simplement au vieillissement.

 

Symptômes

Plus on est âgé, plus les symptômes de l’arthrose sont connus ! Ils peuvent prendre la forme :

  • d’une douleur sourde et profonde de l’articulation concernée, parfois vive à l’activité. Cette douleur peut persister même au repos ;
  • d’une raideur articulaire dite « transitoire » après une période de repos. C’est le cas au moment du lever ou après une station assise prolongée ;
  • d’une enflure et d’une raideur d’une articulation, parfois de plusieurs ;
  • pour les mains, d’une augmentation du volume des articulations de la phalange intermédiaire et de la phalangette des doigts ainsi que de la base du pouce ;
  • d’une sensation ou d’un bruit de broiement (c’est le cas en particulier pour les genoux) lors d’un effort sur l’articulation ;
  • plus simplement, d’une perte de flexibilité articulaire ;
  • pour le cou et le dos, d’une douleur accompagnée d’une raideur ;

 

Les articulations portantes, celles sur lesquelles tout ou partie de la masse corporel s’appuie, comme les hanches, les genoux et les pieds sont plus concernées par un risque d’arthrose.

Quand l’arthrose « débute », un grand nombre de personnes atteintes n’éprouvent aucun symptôme. C’est dans ce cas qu’elles auront tendance à une sur-utilisation des articulations touchées et risquent ainsi d’aggraver les symptômes de l’arthrose.

 

Les articulations touchées par l’arthrose

  • Extrémité des doigts ;
  • Milieu des doigts ;
  • Racine du pouce ;
  • Hanches ;
  • Genoux ;
  • Racine du gros orteil ;
  • Cou (colonne cervicale) ;
  • Bas du dos (colonne lombaire).

 

Traitements

En règle générale, et selon l’importance de l’arthrose identifiée sur une articulation, différents traitements supplémentaires pourront être mis en œuvre.

Avec la physiothérapie il est possible d’améliorer la mobilité et la flexibilité.

Des médicaments « classiques » (ibuprofène, codéine, cortisone souvent sur ordonnance) sont prévus pour prendre en charge la douleur.

Enfin, pour soulager rapidement et efficacement le patient, il est possible d’avoir recours à la chirurgie.

En parallèle, des physiothérapeutes ou des ergothérapeutes peuvent vous aider à définir des équipements tes que les cannes ou les attelles pour « soulager » les articulations atteintes.

Quelque soit l’âge du patient, dans les cas d’arthrose de la hanche ou du genou, qui seraient très détériorés, pouvant alors provoquer une invalidité, la chirurgie de remplacement des articulations (prothèse) est alors étudiée. Son efficacité est reconnue et le risque raisonnablement faible.

L’un des premiers traitements, pour prévenir le risque d’apparition d’arthrose, est de protégez vos articulations contre les lésionsgénérées notamment par des traumatismes mineurs mais répétés, provoqués par une position à genoux, un accroupissement ou d’autres positions qui exercent une « usure » sur l’articulation détériorant ainsi le cartilage.

Si l’exercice physique peut réduire la douleur et la raideur des articulations, il doit être pratiqué dans certaines conditions (équipement, durée, lieu… jouent un rôle). Les exercices « doux » comme le vélo ou la natation sont à privilégiez.

A contrario, les athlètes seront, plus tard dans leur vie, des victimes d’arthroses parfois sévères, à l’instar des personnes qui ont connu un mode de vie très actif.