Poids de l’éducation comme de celui d’une société fortement machiste, les femmes ont longtemps accepté une « tutelle » masculine en général et sexuelle en particulier. Lentement mais surement depuis les années 70, les femmes se libèrent ! Cette libération passe notamment par une libération de leur parole mais également de leurs actes. Plusieurs grandes enquêtes sont allées auprès des femmes pour connaître leurs fantasmes et savoir ceux qu’elles étaient prêtes à vivre.

Les fantasmes occupent une part importante dans la sexualité des femmes. Ces fantasmes sont longtemps rester des secrets d’alcôves. Certaines femmes en parlaient entre elles, quant à la grande majorité, tous ces désirs restaient méconnus.

Quelques ouvrages, très mal diffusés, pouvaient permettre aux femmes de réaliser que leurs pensées « osées » n’étaient pas du tout isolées.

Les fantasmes féminins ont évolué également dans leur contenu. En effet, l’émancipation des femmes leur a permis de prendre dans leurs pratiques sexuelles comme dans celles qu’elles peuvent fantasmer, une place que le machisme sociétal ne leur avait pas laissé.

Parallèlement à cette féminisation de la sexualité, la place intrinsèque de la sexualité dans la société a évolué. Plus libre, plus ouvertement vécue, la sexualité joue la parité et permet à chacun de s’exprimer sur ses habitudes, ses fantasmes et ceux qu’il pourrait assumer.

Une enquête Ipsos permet de préciser que 96 % des femmes assument avoir des fantasmes et que la plupart d’entre elles sont prêtes pour en réaliser certains.

L’homme a tout à perdre de ne pas entendre !

Du à un héritage presque génétique, l’homme peut encore avoir des problèmes pour écouter les fantasmes et désirs sexuels de sa partenaire. Il est dans ce cas-là obliger de lâcher du terrain au regard de sa suprématie sexuelle, sa « domination », son pouvoir. Il faut trouver homme comme femme une place nouvelle dans ce nouvel équilibre sexuel.

S’il sait écouter, l’homme aura de très agréables surprises quant aux attentes sexuelles de sa partenaire. Souvent très en phase avec ses propres fantasmes.

Le top 8 des fantasmes des femmes

Les femmes se retrouvent autour de leurs envies. Des enquêtes ont permis de classer par ordre de fréquence dans les réponses, les fantasmes les plus exprimés.

Les femmes « rêvent » de faire l’amour :

  • dans la nature.
    Le plus fréquent fantasme, se décline à la plage, à la campagne, dans la forêt… Ce numéro un s’explique par l’excitation liée à la possibilité d’être vue et, pourquoi pas, d’être prise par un autre homme !
  • avec un inconnu.
    Faire l’amour avec un inconnu, c’est se libérer de l’emprise sociale et c’est laisser libre court à une sexualité débridée et sans tabou, déconnectée de l’image de son compagnon, le père de ses enfants…
  • au cinéma.
    Souvenir de l’adolescence et des premiers flirts, les salles obscures sont des écrins pour une sexualité interdite. La femme devenue adulte est prête à faire l’amour pleinement, malgré les spectateurs dans la salle. Elle assume une part d’exhibitionnisme.
  • dans un lieu insolite.
    L’imagination se connecte facilement avec le quotidien et fait entrer des lieux de tous les jours dans les fantasmes : une cabine d’essayage, un parking, des toilettes… L’excitation nait, comme pour le cinéma, de la possibilité d’être vue ou surpris dans ses ébats. Ce fantasme est également très commun pour les hommes.
  • avec un acteur célèbre.
    La mécanique de ce fantasme est exactement à l’opposé de celle d’une relation avec une autre femme. Conquérir l’homme célèbre, désiré par tant de femmes, est particulièrement valorisant pour celle qui y arriverait ! La beauté, le corps parfait sont de vrais moteurs pour une évasion torride.
  • avec plusieurs hommes.
    Quelque 7 % des femmes avouent le fantasme d’être prises en main par plusieurs hommes. Elles précisent néanmoins que la sexualité se fait plus sensualité, faisant la part belle aux caresses plus qu’à la pénétration. 
La femme assume d’être un objet sexuel, rôle qu’elles ont pourtant cherché à éradiquer. Elle attend qu’on lui donne du plaisir, elle n’est pas responsable de sa propre jouissance.
  • avec une autre femme.
    La bisexualité voire l’homosexualité sont encore difficiles à assumer dans la société. Aussi, le fantasme féminin d’une relation saphique est très souvent scénarisé. C’est l’image de la tentatrice qui intervient. « L’autre » femme l’entraîne dans ce rapport sensuel, impossible de lui résister. Ce fantasme serait cependant rare car seules 5 % des femmes avouent le désir de découvrir l’amour avec une autre femme.
  • avec un homme en uniforme.
    Le prestige de l’uniforme, qui est associé à l’autorité, fait toujours recette.

A cette liste, non exhaustive, peuvent être consignés des fantasmes tels que le triolisme, l’exhibition, le sadomasochisme…

Mesdames sachez que la parole se libère et l’écoute se fait plus attentive. Osez, si vous sentez que le terrain est propice, partager vos fantasmes… mais acceptez également le risque que votre partenaire les prenne au pied de la lettre et vous engage à les vivre !

Sinon, gardez ces secrets inavouables. Ils sont un moteur puissant pour l’excitation sexuelle et permettent de mettre du piquant dans une sexualité ronronnante au moins en pensées !

Messieurs, quant à vous, sachez que vos propres fantasmes ne sont pas si éloignés de ceux de votre compagne. Aidez la à partager ses fantasmes, votre sexualité pourrait connaître un regain d’intérêt !